MA PUCE!

quand tu me grattes…

Les larves de puces peuvent survivre jusqu’à 8 mois en conditions défavorables à leur éclosion. C’est ainsi que si vos animaux ont eu des puces en été, elle peuvent réémerger chez vous en hiver.

Plutôt les
Comprimés

Puces et tiques infestent de plus en plus nos animaux, et parfois même les animaux traités avec un produit devenu inefficace ou mal administré. Une infestation par puces se manifeste par des intolérances, allergies, surinfections. Elles peuvent, comme avec les tiques, transmettre des maladies vectorielles. Cependant, l’utilisation outrancière des pesticides “externes” encouragée par les laboratoires est à méditer. Le traitement antiparasitaire n’est pas nécessaire lorsque la température extérieure descend en dessous de 5°C. Il faut aussi garder à l’esprit que l’origine des démangeaisons peut avoir une autre origine que les puces (par exemple, allergie alimentaire), et que le traitement systématique contre les puces n’est pas forcément nécessaire.
Par ailleurs, attention de produit de grandes surfaces dont l’efficacité prétendue est rarement a la hauteur de vos attentes.

01

Les comprimés

Du point de vue écologique comme de celui de l’efficacité, les comprimés sont plus adaptés. Contrairement au produits externes, il est impossible d’oublier un endroit dans lequel les puces pourrons se cacher. Le produit ne s’échappe pas dans l’environnement et  vous pouvez caresser l’animal sans crainte de vous frotter à un produit toxique. En outre, vous pouvez faire autant de shampoings que vous voulez sans amoindrir l’effet insecticide.
Pour facilité leur ingestion les comprimés sont généralement enrobé d’un facteur d’appétence. Pour les plus méfiants vous pouvez les écraser et les mélanger a une une friandise que l’animal apprécie (“observance” par exemple) … A défaut, il est toujours possible de l’enfoncer au fond de la gueule à l’occasion du repas.

02

Les Pipettes

Pour sa facilité d’administration, la pipette est indiquée pour les animaux difficiles, mais, mal administrée, elle ne protégera pas convenablement votre animal. La diffusion du produit étant limitée à environ 20 cm de diamètre, les plus gros ou les plus poilus ne seront pas bien protégés non plus, la puce peut toujours trouver un recoin non traité (zone péri-anale et lombaire). Enfin, il est prudent de ne pas caresser votre animal pendant 3 jours après l’application du pesticide externe, dont les effets toxiques à long terme largement dénoncés par les scientifiques ne sont jamais relayés par le fabriquant. Outre leurs effets toxiques directs, la plupart de ces produits sont aussi incriminés dans la pollution environnementale, comme le Fipronil tristement connu pour intoxiquer les abeilles et autres insectes non ciblés et utiles pour la biodiversité…

03

Les colliers

Les colliers diffusent vers l’extérieur et donc, l’effet s’amenuise avec la taille du chien et du pelage. Les allergies au support plastique ne sont pas rares et le contact du produit tant avec l’écosystème qu’avec la peau du maître pose un problème soigneusement occulté. Il est déconseillé dans un foyer abritant des enfants.

MALADIES VECTORIELLES

Tiques, Puces, Moustiques,
ne donnent pas que des boutons

Un vecteur est « Un arthropode hématophage qui assure la transmission biologique ou mécanique active d’un agent infectieux d’un vertébré à un autre vertébré. »
Les vecteurs sont les tiques (Piroplasmoses, Hépatozoon, encéphalite à tiques, erlichiose, Borreliose, etc.), les puces (peste, bartonellose), les moustiques (dirofilariose, paludisme, leishmaniose)
Les maladies vectorielles dominantes chez les carnivores domestiques en France sont celles transmises par les Tiques. Les moustiques ne jouent qu’un rôle mineur (pour l’instant), et transmettent la dirofilariose, aussi appelée « vers du coeur ». Les puces transmettent les bartonelloses et des vers.

Comment s’effectue la transmission ?
Le vecteur récupère l’agent pathogène chez un hôte, assure sa conservation et son transport, voire son évolution, puis sa multiplication et sa transmission à un ou plusieurs hôtes définitifs ou intermédiaires. La salive de l’arthropode piqueur favorise en général la transmission à l’hôte par ses propriétés immunomodulatrices.
Le vecteur peut également jouer le rôle de réservoir d’agent pathogène.

Les puces… Cohabitants peu désirés

Vos animaux de compagnie sont exposés à de nombreux parasites internes ou externes. Parmi ces parasites externes, les puces sont les plus fréquemment rencontrées. Les puces sont des parasites hématophages qui piquent pour se nourrir du sang de votre animal. Lors de ce repas de sang, la puce injecte une petite quantité de salive qui peut déclencher des allergies importantes chez certains animaux sensibles. En cas de démangeaisons chez votre animal, les puces peuvent ne pas être visibles mais leurs déjections, les crottes de puces, sont alors souvent présentes : elles sont repérables sous la forme de petits amas noirâtres à la base des poils, le plus souvent sur le bas du dos.

Le cycle de vie de la puce:

La puce, après un repas de sang, peut pondre des centaines d’œufs sur une durée de plusieurs jours. Ces œufs, présents dans votre environnement (parquets, moquettes, tapis,…) donnent ensuite naissance à des larves, après 3-5 jours. Ses larves tissent un cocon dans lequel elle se métamorphosent en adultes. Ce cocon les protège contre un environment défavorable et elle peuvent ainsi survive jusqu’à 8 mois. Il est donc nécessaire de traiter à la fois l’animal infesté ainsi que son habitat.